Browser nicht kompatibel. Bitte verwenden Sie einen aktuellen Browser

Abbas Fahdel, message de soutien à Keywan Karimi

Abbas Fahdel, message de soutien à Keywan Karimi

VIDEO | 2016, 4' | Soirée de soutien à Keywan Karimi mardi 13 décembre 2016 à 20h au Cinéma des Cinéastes avec la projection gratuite du documentaire iranien Writing on the City. Son réalisateur est emprisonné depuis novembre par le régime de Téhéran pour "insulte à la religion". Abbas Fahdel, réalisateur irakien de Homeland : Irak année zéro, nous parle de son amitié avec le jeune cinéaste, des conditions terribles dans lesquelles il est retenu et appelle à continuer la mobilisation pour sa libération.

Weiterlesen
Jean-Michel Frodon : " Un film que les historiens pourront voir dans cent ans..."

Jean-Michel Frodon : " Un film que les historiens pourront voir dans cent ans..."

VIDEO | 2016, 10' | Le 13 décembre, le Cinéma des Cinéastes, l'ARP et le producteur François d'Artemare organisent une projection exceptionnelle de Writing on the City en soutien à son réalisateur Keywan Karimi. Après un long procès, le cinéaste iranien a été condamné en appel à un an de prison et 223 coups de fouet par le régime de Téhéran pour insulte à la religion. Jean-Michel Frodon, journaliste et critique, nous parle d'un réalisateur précieux, qui en filmant les messages peints sur les murs de Téhéran n'utilise pas tant le cinéma comme un outil de provocation que comme un medium au service de l'histoire.

Weiterlesen
Pour Keywan Karimi, devenu le personnage de son film

Pour Keywan Karimi, devenu le personnage de son film

Insulte à la religion. C'est le chef d'accusation qui vaut au cinéaste iranien Keywan Karimi la peine d'un an de prison et 223 coups de fouet. Si on ignore tout du calcul qui conduit au résultat de 223, on sait que la sentence sanctionne l'utilisation de plans d'archives des manifestations de 2009. Après trois ans d'un suspense éprouvant - ses premiers démêlés avec la police datent de 2013 ! - Keywan a été emprisonné en novembre.

Son producteur François D'Artemare appelle à la mobilisation pour que le réalisateur ne purge pas sa peine. Une soirée de soutien aura lieu le mardi 13 décembre au Cinéma des Cinéastes.

Weiterlesen
Xavier Seron's not dead

Xavier Seron's not dead

VIDEO | 2016, 13' | Dans Je me tue à le dire, Xavier Seron confie à son alter-ego Jean-Jacques Rausin le rôle d'un hypocondriaque ressemblant à s'y méprendre au réalisateur. Dans cet entretien, un dialogue se tisse entre le cinéaste et l'acteur autour du thème de la mort et de la maladie, mais aussi d'un humour à l'épreuve de cette noirceur.

Weiterlesen