Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Pour Keywan Karimi, devenu le personnage de son film

Pour Keywan Karimi, devenu le personnage de son film

Insulte à la religion. C'est le chef d'accusation qui vaut au cinéaste iranien Keywan Karimi la peine d'un an de prison et 223 coups de fouet. Si on ignore tout du calcul qui conduit au résultat de 223, on sait que la sentence sanctionne l'utilisation de plans d'archives des manifestations de 2009. Après trois ans d'un suspense éprouvant - ses premiers démêlés avec la police datent de 2013 ! - Keywan a été emprisonné en novembre.

Son producteur François D'Artemare appelle à la mobilisation pour que le réalisateur ne purge pas sa peine. Une soirée de soutien aura lieu le mardi 13 décembre au Cinéma des Cinéastes.

Lire la suite
Xavier Seron's not dead

Xavier Seron's not dead

VIDEO | 2016, 13' | Dans Je me tue à le dire, Xavier Seron confie à son alter-ego Jean-Jacques Rausin le rôle d'un hypocondriaque ressemblant à s'y méprendre au réalisateur. Dans cet entretien, un dialogue se tisse entre le cinéaste et l'acteur autour du thème de la mort et de la maladie, mais aussi d'un humour à l'épreuve de cette noirceur.

Lire la suite